L'élevage des ovins - Moutons

Forum sur l'élevage des moutons
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Les races ovines d'Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
anipatchen
Dépose ses valises tout doucement
Dépose ses valises tout doucement


Date d'inscription: 07/12/2009

MessageSujet: Les races ovines d'Algérie   Lun 19 Juil - 21:22

Voilà déjà un début de ce que j'ai trouvé à propos de ces races .
J'y remets aussi le lien que tu nous avais donné Wadoud.
Merci encore .
sunny



http://www.dzvet.net/forum/viewtopic.php?f=30&t=213

http://www.gredaal.com/ressources-naturelles/ressources-biologiques/89-les-populations-ovines-dalgerie

Ici le même texte avec des photos

http://www.nouara-algerie.com/article-les-populations-ovines-d-algerie-44853189.html


Dernière édition par anipatchen le Lun 19 Juil - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meditationchretienne.org/site/index.php
anipatchen
Dépose ses valises tout doucement
Dépose ses valises tout doucement


Date d'inscription: 07/12/2009

MessageSujet: Re: Les races ovines d'Algérie   Lun 19 Juil - 21:33

Dresser une classification des races ovines Algériennes, au vu de la fragmentation qui caractérise cette population animale et de la faiblesse des données existantes, est chose peu aisée.
Bien que très hétérogènes, ces populations se distinguent par une homogénéisation autour de certains caractères phénotypiques. Toutefois, nous pouvons dire que les populations ovines d’Algérie sont à classer dans le groupe des populations traditionnelles.
Globalement, les populations ovines d'Algérie gardent intact leur variabilité génétique, bien qu’elles ont à subir l’influence des sangs des races standardisées.
La classification des ovins en Algérie repose sur l’existence de trois grandes races qui à leurs tours présentent intrinsèquement des variétés, souvent identifiées à des régions.

LE BERBERE.
Considéré comme l’ancêtre du mouton d’Afrique du nord. C’est un animal de petite taille, à laine commune, que l’on rencontrait auparavant principalement en Kabylie, et à un degré moindre dans l’Ouarsenis, avec les caractéristiques légèrement différentes. Généralement, il peuple les zones montagneuses du Tell jusqu'à l’ouest où il se rapproche pour se confondre avec le BENI-GUIL.Actuellement, le berbère semble en voie de disparition des régions qui font son berceau. On le rencontre encore dans l’Oranie où de plus en plus il fait place au BENI- GUIL.

A propos de la population ovine "Tazegzawth"
Peu connue, cette population a été récemment signalée dans les régions de Tizi Ouzou et Bejaia. Selon les fragments d’informations disponibles, cette population se concentrerait, essentiellement dans les wilayate de Tizi-ouzou et Bejaia pour un effectif estimé à prés de 3000 têtes.Les observations préliminaires faites sur cette population ovine mettent en exergue quelques caractéristiques qu’il s’agira de vérifier et de conforter par une recherche approfondie et méthodique.

Le phénotype est reconnaissable par des tâches noires à reflet bleuâtre. Ces tâches se localisent sur le chanfrein, le pourtour des yeux, le lobe des oreilles, au niveau des articulations et au dessus des sabots. La langue est noirâtre chez le bélier. Les individus des deux sexes présentent des oreilles tombantes de grande taille comparativement aux autres races.

La vitesse de croissance et de développement corporel serait de loin supérieure à celle des autres races. Cette population présenterait une forte prolificité: deux portées annuelles jumellaires.


L’ARABE.
Introduit avec les invasions Hilaliennes, il est de loin le plus important, en termes d’effectif, et est le plus intéressant en termes de productivité. Il peuple les hautes plaines telliennes et les vastes zones de la steppe. Ce type d’ovin haut de pattes et aux membres forts est actuellement en pleine expansion.

LE BARBARIN.
Originaire de Tunisie, on le rencontre dans l’est du pays, dans la partie sud orientale. C’est un mouton à grosse queue peu apprécié qui, de plus en plus, est concurrencé dans son aire de prédilection par le mouton Arabe. Il vit en vase clos, cantonné prés des frontières Tunisiennes à El-oued.

LA RACE OULED- DJELLAL
Le mouton « Ouled-djellal » compose l’ethnie la plus importante des races ovines Algériennes, occupant la majeure partie du pays à l’exception de quelques régions dans le sud ouest et le sud est. C’est le véritable mouton de la steppe, le plus adapté au nomadisme. C’est un ovin entièrement blanc à laine et à queue fines. La laine couvre tout le corps jusqu’au genou et même jusqu’au jarret pour certaines variétés. Le ventre et le dessous du cou sont nus pour une majorité des animaux de cette race. Sa tête est blanche avec des oreilles pendantes et présente une légère dépression à la base de son nez. Ces cornes spiralées sont de longueur moyenne, sa taille est haute. Sa hauteur est égale à la longueur du tronc.La forme de son corps est proportionnée, sa taille est haute, sa hauteur est égale à la longueur du tronc. Sa poitrine est légèrement étroite, les côtes et le gigot sont plats. Ses pattes sont longues solides et adaptées à la marche.

Variétés de la Ouled Djellal
La race OULED-DJELLAL comprend trois variétés :
- Variété CHELLALIA : C’est le type du mouton plus petit de taille et plus léger.C’est parmi cette variété que l’on classe la race TAADMIT qui est un croisement entre l’Ouled Djellal et le Mérinos d’ Arles, qui a été créée pour la production de la laine. Il est, aussi, intéressant de citer la variété ZAAREZ utilisée à cette fin.
-Variété lourde (HODNIA) : Ce mouton est plus recherché par les éleveurs à cause de son poids corporel. Cet ovin est de forme bien proportionnée, taille élevée, couleur paille claire ou blanche. La laine couvre tout le corps jusqu’aux jarrets.
-Variété DJELLALIA : Mouton longiligne, haut sur pattes, adapté au grand nomadisme. Il produit une laine blanche, fine et jarreuse. Le ventre et le dessus du cou sont nus pour une majorité des bêtes de cette variété.

Il ya lieu de préciser que, selon les observations des éleveurs, certaines de ces variétés auraient disparu. Ces observations méritent bien évidemment d’être corroborées par des données scientifiques avérées.




LA RACE HAMRA
C’est un animal à peau brune avec des muqueuses noires. La tête et les pattes sont bruns rouge foncé presque noir. La laine est blanche avec du jarre volant brun roux. Présence de cornes moyennes et spiralées.L’aire de répartition de cette race est située dans le sud-ouest, elle est rencontrée également au niveau du piémont de l’atlas saharien. Elle couvre aussi le haut atlas Marocain chez les tribus des BENI-IGUIL d’où elle tire son nom.On la considère comme la meilleure race à viande en Algérie en raison de la finesse de son ossature et de la rondeur de ses lignes. C’est une race très résistante au froid et aux vents glacés des steppes de l’Oranie. Trois variétés composent cette race :
- Le type d’El-bayadh, Mecheria à couleur acajou foncé.
- Le type d’El-arricha, à couleur presque noire, c’est le type le plus performant, le type même de la race.
- Le type de Malakou du chott chergui, à couleur acajou clair.

LA RACE REMBI
Se distingue des deux dernières races par une couleur de la tête et des membres qui varient entre le fauve rouge et l’acajou, mais la laine est blanche, présence de cornes massives et spiralées.L’aire de répartition de cette race est comprise entre le chott El-Gharbi à l’ouest et l’Oued-Touil à l’est, on peut le retrouver au nord jusqu’au piémont du massif de l’Ouarsenis.C’est un animal haut sur pattes, il est considéré comme le plus grand format de mouton d’Algérie. Sa conformation est meilleure que celle de la OULED-DJELLAL. La forte dentition résistante à l’usure lui permet de valoriser au mieux les végétations ligneuses et de retarder à 9 ans l’âge de la réforme contrairement aux autres races réformées à l’âge de 6-7 ans. Il semble ainsi qu’elle est mieux adaptée que la OULED-DJELLAL aux zones d’altitude.

LA RACE BERBERE
C’est une race des montagnes du tell, elle est présente tout le long des chaînes de l’atlas tellien. Elle est petite de taille avec une toison de laine mécheuse, blanche et brillante dite aussi AZOULAI. Il existe quelque spécimens tachetés de noir. Les cornes sont présentes chez les deux sexes, elles sont petites et spiralées.Cette race ne se rencontre actuellement que dans les chaînes montagneuses du nord Algérien jusqu'à Tlemcen et Maghnia, c’est un mouton qui n’a qu’un intérêt historico-culturel, il tend à être remplacé à l’ouest par le mouton HAMRA et à l’est par le OULED-DJELLAL.

LA RACE D’MEN
De petit format, il semble tiré en arrière. La toison est généralement peu étendue. Le ventre, la poitrine et les pattes sont dépourvus de laine. Les cornes sont absentes, parfois des ébauches peuvent apparaître chez le mâle, mais qui finissent par tomber. L’absence de cornage est un caractère constant chez les deux sexes. La queue est fine et longue à bout blanc. La très grande hétérogénéité morphologique de la D’MEN, laisse apparaître trois types de populations : le type noir acajou, le plus répandu et apprécié, le type brun ainsi que le type blanc.
Les trois types présentent des queues noires à bout blanc et des caractères de productivité ne signalant aucune différence significative. Cette race saharienne est répandue dans les oasis du sud ouest Algérien : Gourara, Touat, Tidikelt et va jusqu'à El-Goléa à l’est et se prolonge dans les zones désertiques au sud de Bechar sous le nom de race de TAFILALET, ou D’MEN. La race très bien implantée au Maroc, c’est là qu’elle est la plus étudiée et bien préservée.

LA RACE BARBARINE
C’est un animal de bonne conformation, de couleur blanche, sauf la tête et les pattes qui peuvent être bruns ou noirs .La toison est fournie. Les cornes sont développées chez le mâle et absentes chez la femelle. La queue est grasse, d’ou l’appellation de mouton à queue grasse ou mouton de Oued-Souf.Son aire de répartition est limitée à l’est Algérien par l’erg oriental à l’est de l’oued Rhigh et dans les régions avoisinantes de la frontière Tunisienne. Cette race est remarquablement adaptée au désert de sable et aux grandes chaleurs estivales.

LA RACE SIDAHOU (= TARGUI).
C’est la seule race Algérienne dépourvue de laine, mais à corps couvert de poils, la queue étant longue et fine. Cette race se trouve dans le grand Sahara Algérien allant de Bechar et passant par Adrar jusqu'à Djanet. On qualifie cette race de résistante au climat saharien et aux grandes marches. C'est ainsi qu’elle est la seule race qui peut pâturer les étendues du grand Sahara.

En définitive, les populations ovines d’Algérie recèlent une diversité génétique relativement importante même si la pression de sélection exercée par les marchés des viandes ovines à tendance à favoriser l’extension de la Ouled Djellal en Algérie. Le processus de «Ouled Djellalisation» constitue une menace certaine pour la préservation de la diversité des populations ovine en Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meditationchretienne.org/site/index.php
CarOline
Fondateur & Webmaster
Fondateur & Webmaster


Date d'inscription: 19/11/2009

MessageSujet: Re: Les races ovines d'Algérie   Mar 20 Juil - 7:00


_______________________________________________
*Notre site : http://elevage-des-foursachaux.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas
http://elevage-des-foursachaux.skyrock.com/
 

Les races ovines d'Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les pilotes recruté par air algerie (124)
» PNTa Air Algérie ou Tassili
» formation pilote chez air algerie
» Les races ovines d'Algérie
» races ovines/bovines en voix de disparition

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'élevage des ovins - Moutons :: Présentation des différentes races ovines :: Autres ...-